SOCIéTé  |    

Centrafrique : Fermeture d’une plage à Bangui après 3 morts par noyade

Par rjdh - 22/03/2018

Le Ministère de l’intérieur, chargé de la sécurité publique a décidé hier, 20 mars de fermer la plage du Port Beach à Bangui. Cette mesure et sa démarche suscitent des réactions.

 

C’est dans un communiqué de presse signé par le Ministre de l’intérieur, chargé de la sécurité publique, le Général de brigade Henri Wanzet-Linguissara que le public a appris la fermeture de la plage au niveau du Port Beach au centre ville de Bangui. Les raisons évoquées sont « les trois cas répétés de noyade sur la rivière Oubangui » et « l’occupation illégale de la plage au niveau du Port Beach, avec installation anarchique des points de vente de nourritures et de boissons », lit-on dans ce communiqué.

La fermeture de ce lieu de réjouissance populaire au moment de la baisse des eaux de l’Oubangui où les jeunes y vont pour se baigner et bénéficier de l’air frais pendant la saison de chaleur (30-40°) a suscité des réactions. Nombreux sont les centrafricains à le désapprouver et à faire des propositions.

Face à cette décision, des critiques sur cette démarche ont été faites. « la solution n’est pas la fermeture hermétique et systématique de cette plage mais de protéger ceux y vont », a critiqué une source avant de proposer au Chef du Département de la sécurité publique, la formation ou le recrutement des « sauveteurs ou des agents de sécurité nautiques autrement des guetteurs avec un peu de moyen de surveillance de cette plage pour assurer la sécurité des jeunes qui vont se distraire pour une saison (3mois) ». C’est aussi une « opportunité » de la Mairie de Bangui « de se faire de l’argent » en mettant de l’ordre dans cet espace de réjouissance.

Pour le Ministre Conseiller Spécial chargé des Relations avec les Organisations Nationales à la Présidence de la République, Fidèle Gouandjika, cette décision du premier flic de Bangui se justifie. « Le Ministre a raison de fermer la plage pour un moment. Une réglementation s’impose. Même dans les pays développés où le système de protection et de sécurité des baigneurs semblent infaillible, en cas de noyade répétée la fréquentation de la plage incriminée est toujours suspendue », a-t-il répondu aux débats sur les réseaux sociaux.

Le Ministère de la sécurité publique a donné un délai de 8 huit jours aux « occupants illégaux » pour « déguerpir » les lieux.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués